Home » Actualités » Le drame historique Lettre à Franco (v.o.s.t. Mientras dure la guerra) d’Alejandro Amenábar a été projeté en mars 2020 au cinéma Les Baladins de Perros-Guirec (22)

Le drame historique Lettre à Franco (v.o.s.t. Mientras dure la guerra) d’Alejandro Amenábar a été projeté en mars 2020 au cinéma Les Baladins de Perros-Guirec (22)

Ce film LA LETTRE À FRANCO est sorti en France le 19 février 2020. Il s’agit de l’adaptation en version sous-titrée de MIENTRAS DURE LA GUERRA (TANT QUE DURERA LA GUERRE) d’Alejandro Fernando Amenábar Cantos né à Santiago du Chili, d’origine chilienne par son père et espagnole par sa mère. Deux semaines avant le coup d’État d’Augusto Pinochet du 11 septembre 1973, toute la famille AMENÁBAR s’installe à Madrid.

MIENTRAS DURE LA GUERRA, a été projeté en Espagne, en sortie nationale, le 27 septembre 2019 et a obtenu le Prix du Meilleur Film International au Festival de Haïfa de 2019.

Ce film a été récompensé par 5 Premios GOYA en 2020:

Meilleur acteur dans un second rôle pour Eduard Fernández (el General José Millán-Astray), Meilleure direction de production, Meilleurs costumes, Meilleure direction artistique, Meilleurs maquillages et coiffures.

Et aussi le Premio Gaudí du meilleur acteur à Karra ELEJALDE, dans le rôle de MIGUEL de UNAMUNO.

LE DRAME HISTORIQUE « MIENTRAS DURE LA GUERRA » d’Alejandro AMENÁBAR a pour sujet cette terrible guerre d’Espagne 1936/1939.

Bande annonce: 

Ce film a pour personnage principal, l’écrivain, poète, philosophe basque Miguel de UNAMUNO (29/09/1884 Bilbao-31/12/1936 Salamanca) qui, en 1936, est recteur de la Universidad de Salamanca. 

Alejandro Amenábar a choisi DON MIGUEL comme fil conducteur de ce drame pour expliquer ce conflit entre les « nacionalistas » de Franco et les « republicanos » défendant leur République légale.

 

Bien que républicain et député de « Las Cortes », UNAMUNO va, au début, soutenir le soulèvement des militaires du 18 juillet 1936, dans l’espoir que l’ordre revienne dans le pays. Mais, très vite, il s’aperçoit que dans sa  ville de Salamanca règnent la répression, les arrestations, les exécutions de nombreux de ses amis et d’autres personnes qu’il connaît comme l’ex-maire de la ville et professeur Casto Prieto Carrasco, retrouvé assassiné dans un fossé le 29 juillet 1936 ou son ancien élève Salvador Vila Hernández devenu recteur de la Universidad de Granada, qui sera fusillé par les franquistes le 22 octobre 1936.  

Puis, le 12 octobre 1936, « Día de la Raza » (aujourd’hui en Espagne, c’est le jour de la « Fiesta Nacional de España »), outre, les cérémonies religieuses, la Universidad de Salamanca organise des conférences. Le thème principal, ce 12 octobre, est « La Exaltación nacional, el Imperio, la Raza y la Cruzada (o guerra civil). Assistent à cette séance Carmen Polo, l’épouse de Franco, le général José Millán-Astray (le fondateur en 1920 du TERCIO, la Légion Étrangère Espagnole). 

Plusieurs professeurs d’universités interviennent dont Maldonado de Guevara qui va attaquer les nationalistes basques et catalans, les traitant de représentants de l’anti-Espagne. C’est alors, que Don Miguel prend la parole, car il ne peut se taire en entendant de tels mots, mais un vacarme stoppe l’allocution du Recteur. Et l’on entend dans l’assistance  les slogans devenus tristement célèbres et morbides, à la fois, comme ¡ Muera la intelectualidad traidora ! (À mort les intellectuels traîtres !), ¡ Viva la muerte ! (le cri du Tercio, puis des franquistes). Quant à Millán-Astray, entouré de son escorte armée, il continue à hurler comme une bête cette devise : ¡ España ! – ¡ Una ! – ¡ España ! – ¡ Grande! – ¡ España ! – ¡ Libre ! . C’est alors que Miguel de Unamuno s’adresse au « General Millán-Astray, inválido de guerra » ; il avait perdu un bras et un  œil lors de la guerre du RIF (1921-1926). Unamuno va prononcer ces phrases restées célèbres dans l’Histoire de la Guerre d’Espagne 1936/1939:

« Venceréis, pero no convenceréis. Venceréis porque tenéis sobra fuerza bruta, pero no  convenceréis porque convencer significa persuadir. Y para persuadir necesitáis algo que os falta en esta lucha, razón y derecho…» (Vous vaincrez, mais vous ne convaincrez pas. Vous vaincrez parce que vous possédez une surabondance de force brutale, mais vous ne convaincrez pas parce que convaincre signifie persuader. Et pour persuader il vous faudrait avoir ce qui vous manque dans cette lutte: la raison et le droit…) 

Après la fin de cette altercation, Unamuno est sorti rapidement de l’amphithéâtre avant d’être lynché et que cet incident ne se termine en tragédie. Il est dit que c’est Carmen Polo, l’épouse de Franco, qui l’a aidé à quitter ce « temple de l’intelligence » et l’a fait déposer en voiture à sa résidence de Salamanca. Dix jours après, Franco l’a démis de ses fonctions de Recteur de la Universidad de Salamanca et l’a assigné à résidence en sa demeure jusqu’à sa mort le 31 décembre 1936.    

Quelques articles extraits du VOCABLE Numéro 804 du 6 au 19 février 2020:

   
      

Ce drame historique est, certes, un rappel de la guerre d’Espagne 1936/1939 mettant en présence des représentants de la République légale espagnole et des putschistes militaires, mais il est toujours d’actualité car l’extrême-droite est toujours aussi active dans la péninsule ibérique comme en Europe.     

Agradecimientos a Marie por las páginas del VOCABLE  Número 804, febrero 2020.

Claudine Allende Santa Cruz
Le 18 mars 2020