Home » Lire écouter voir » Claudio Rodríguez Fer, Président d’honneur de Mere 29, a écrit en galicien, un poème en hommage à son père : Pai meu (Amén, camarada).

Claudio Rodríguez Fer, Président d’honneur de Mere 29, a écrit en galicien, un poème en hommage à son père : Pai meu (Amén, camarada).

El escritor Claudio Rodríguez Fer.

El escritor Claudio Rodríguez Fer

Ce poème est extrait de son livre « Ámote vermella » (Edicións Xerais, 2009).

Résultat de recherche d'images pour "amote vermella"

 

Pai meu (Amén, camarada), poème en  galicien :

Pai meu
(Amén, camarada)
                               A meu pai, Claudio Rodríguez Rubio

Pai meu que estiveches no cárcere:
solidario sexa o teu nume,
veña a nós o teu reino sen reis
e fágase a túa xenerosa vontade
aquí na Terra, e nos astros do ceo
a dos cosmonautas rusos
nos que ti criches contra todo deus.
Que o pan noso de cada día
o poidamos gañar
coma ti honradamente
e perdoa que aínda non teñamos feita
a revolución da conciencia
que traia paz, xustiza e liberdade
a este mundo dominado por quen as destrúe.
O teu exemplo non nos deixará caer na tentación
do esquecemento ou da indiferenza
para librarnos do mal por nós mesmos.
Amén, camarada.

 

Padre mío (Amén, camarada), poème traduit en castillan par l’auteur.

Padre mío
(Amén, camarada)
                              A mi padre, Claudio Rodríguez Rubio
Padre mío que estuviste en la cárcel:
solidario sea tu numen,
venga a nosotros tu reino sin reyes
y hágase tu generosa voluntad
aquí en la Tierra, y en los astros del cielo
la de los cosmonautas rusos
en los que tú creíste contra todo dios.
Que el pan nuestro de cada día
lo podamos ganar
como tú honradamente
y perdona que todavía no hayamos hecho
la revolución de conciencia
que traiga paz, justicia y libertad
a este mundo dominado por quien las destruye.
Tu ejemplo no nos dejará caer en la tentación
del olvido o de la indiferencia
para librarnos del mal por nosotros mismos.
Amén, camarada.
Mon père (Ainsi soit-il, camarade), poème traduit en français par Claudine Allende Santa Cruz et María Lopo.

Mon père

(Ainsi soit-il, camarade) 

                                        À mon père, Claudio Rodríguez Rubio 

Toi, mon père, qui as été en prison :

que ton inspiration soit solidaire,

que vienne à nous ton royaume sans rois

et que ta généreuse bienveillance soit faite

ici sur la Terre, et dans les astres du ciel

celle des cosmonautes russes

en lesquels tu as cru contre tout dieu.

Que notre pain de ce jour

nous puissions le gagner

comme toi honnêtement

et pardonne-nous de ne pas avoir encore fait

la révolution de conscience

qui apportera paix, justice et liberté

à ce monde dominé par ceux qui les détruisent.

Ton exemple nous empêchera de tomber dans la tentation

de l’oubli ou de l’indifférence

pour nous délivrer du mal par nous-mêmes.

Ainsi soit-il, camarade.

 

                                                                                                                Grand merci à toi, Claudio.

 

Vous pouvez écouter Claudio réciter son poème sur le lien suivant : poeme claudio

 

Claudio Rodríguez Rubio, père de Claudio, fut prisonnier du franquisme dans l’ancienne prison de Lugo ; cet établissement pénitentiaire est devenu en mars 2017 un centre socio-culturel.  

 

 

 

Claudine Allende Santa Cruz.