Home » Commémorations » RETIRADA 80 ANS. Répres­sion, exodes, exils d’hier et d’aujourd’­hui. Rencontres franco-espa­gnoles. Du 5 au 7 décembre 2019 Mont­pel­lier-Sète.

RETIRADA 80 ANS. Répres­sion, exodes, exils d’hier et d’aujourd’­hui. Rencontres franco-espa­gnoles. Du 5 au 7 décembre 2019 Mont­pel­lier-Sète.

L’in­for­ma­tion de ces rencontres nous a été trans­mise par le SIECE (Semi­na­rio Inter­dis­ci­pli­na­rio de Estu­dios sobre Cultura Escrita) de l’Univer­sité de Alcalá de Henares dans la province de Madrid. Ces rencontres se déroulent du 5 au 7 décembre 2019 à Mont­pel­lier et à Sète.

Le programme est très dense mais super inté­res­sant pour nous les membres de l’As­so­cia­tion MERE29 de Brest:

1. Les multiples confé­rences en français et en espa­gnol avec entre autres:

Gene­viève Drey­fus Armand, Docteur en histoire, que l’on ne présente plus et qui a choisi le thème « EXILS, EXODES D’HIER ».

Fran­cisco Espi­nosa Maestre, Docteur en histoire  de l’Uni­ver­sité de Séville qui a écrit le prologue du livre de Gabrielle Garcia et de Isabelle Matas « La mémoire retrou­vée des Répu­bli­cains espa­gnols. Paroles d’exi­lés en Ille-et-Vilaine », quant à lui va trai­ter « LE PHÉNOMÈNE RÉPRESSIF DEPUIS LE COUP D’ÉTAT MILITAIRE EN 1936 JUSQU’À NOS JOURS ».

Anto­nio Orihuela, Docteur en histoire de l’Uni­ver­sité de Séville, profes­seur, poète, essayiste va abor­der le sujet suivant: « SANS JUSTICE, SANS HISTOIRE MAIS AVEC MÉMOIRE – MATÉRIAUX POUR UNE ARCHÉOLOGIE DU GÉNOCIDE ET DE LA RÉPRESSION FRANQUISTE ».

Paco Gómez Nadal, jour­na­liste, poète, membre d’as­so­cia­tions mémo­rielles en Espagne va  plan­cher sur « LES ASSOCIATIONS MÉMORIELLES À L’ÉPREUVE DU TEMPS EN ESPAGNE ».

Et aussi de nombreux autres inter­ve­nants sur les camps de concen­tra­tion dans le sud de la France (le camp d’Agde ou camp des Cata­lans, le camp de Sept­fonds et le camp d’Ar­ge­lès-surMer; dans ces deux derniers camps ont été inter­nés de nombreux répu­bli­cains espa­gnols qui ont été livrés aux Alle­mands pour la construc­tion de la base sous-marine de Brest dans le Finis­tère).

2. Réci­tals de poésie espa­gnole dans le cadre des 80 ans de la RETIRADA .

3. Les expo­si­tions:

« Les camps en France » expo­si­tion présen­tée par l’As­so­cia­tion pour la Mémoire du camp d’Adge.

« Desco­no­cido. Memo­ria impo­sible del campo de concen­tra­ción de La Magda­lena » à Santan­der propo­sée par l’As­so­cia­tion Desme­mo­ria­dos de Santan­der.

 

COMPLÉMENT À L’ARTICLE SUR CES RENCONTRES FRANCO-ESPAGNOLES DU 5 AU 7 DÉCEMBRE 2019  MONTPELLIER ET SÈTE « SUR LES CAMPS DE CONCENTRATION DE SANTANDER DURANT LA GUERRE D’ESPAGNE 1936/1939  ».proposé par Clau­dine Allende Santa Cruz. 

4 camps de concen­tra­tion franquistes ont existé dans la ville de SANTANDER durant cette terrible Guerre d’Es­pagne 1936/1939:

Le premier se trou­vait dans « Las Cabal­le­ri­zas del Pala­cio Real de la Magda­lena » (Les Écuries du Palais Royal de la Magda­lena) tout près du Pala­cio de la Magda­lena, rési­dence d’été des rois d’Es­pagne et en parti­cu­lier de Alfonso XIII qui a du quit­ter l’Es­pagne le 14/04/1931 lors de la procla­ma­tion de la seconde Répu­blique. Ce Palais royal est, aujourd’­hui, le siège de « Los cursos de verano de la Univer­si­dad Inter­na­cio­nal Menén­dez Pelayo ».

Le second était la « Plaza de Toros de Cuatro Cami­nos ».

Au troi­sième rang de nombreux « Campos de fútbol o de deportes » avaient été réqui­si­tion­nés.

Le quatrième avait été installé dans le « Semi­na­rio del Monte Corbán ».

Celui de LAS CABALLERIZAS DEL PALACIO REAL DE LA MAGDALENA est un des premiers camps de concen­tra­tion créé par Franco. Au total, l’on en dénombre près de 300 sur tout le terri­toire espa­gnol y compris les îles Baléares et les Cana­ries. Il a été opéra­tion­nel depuis la prise de la ville de Santan­der le 26 août 1937 par les troupes franquistes et jusqu’à la fin de la guerre en 1939. D’une capa­cité de 600 inter­nés, il y a eu jusqu’à 1600 prison­niers répu­bli­cains espa­gnols qui y ont été entas­sés comme des sardines. Ils étaient astreints à de multiples travaux forcés dans toute la ville.

Las Cabal­le­ri­zas del Pala­cio Real de la Magda­lena de SANTANDER

Messe Domi­ni­cale dans le Camp de la Magda­lena de SANTANDER.

En ce mois de septembre 2019 et 80 ans après cette meur­trière Guerre d’Es­pagne 1936/1939, un événe­ment mémo­riel a eu lieu dans cet ancien camp de concen­tra­tion  de « Las Cabal­le­ri­zas del Pala­cio Real de La Magda­lena » à l’ini­tia­tive de Paco Gómez Nadal, présent à ces rencontres franco-espa­gnoles de Mont­pel­lier et Sète du 5 au 7 décembre 2019 et de l’as­so­cia­tion cultu­relle « La Vorá­gine » de Santan­der.  Plus de 300 à 400 figu­rants sont venus recréer cette image de la Messe Domi­ni­cale dans le Camp de la Magda­lena de Santan­der et cela dans un silence absolu.  

 

Le lien direct de cet hommage:

 

https://www.eldia­rio.es/canta­bria/cultura/Tres­cien­tos-perso­nas-Magda­lena-concen­tra­cio­na­rio-franquismo_0_941756057.html

 

 

Tout près de là, dans le parc du Pala­cio Real de La Magda­lena se trouve le Monu­ment des Victimes  du Terro­risme, œuvre du sculp­teur basque de Basauri Agustín Ibar­rola Goicoe­chea, qui a été érigé en ce lieu le 06/12/2005. Ce n’est pas facile de savoir de quel terro­risme il s’agit mais l’on peut penser que le régime de terreur qu’a imposé Franco durant la dicta­ture fait aussi partie du Terro­risme. En effet, Agustín Ibar­rola Goicoe­chea a été arrêté en 1962 et a été incar­céré entre 1962 et 1965 et entre 1967 et 1973, notam­ment dans la prison de Burgos car il mili­tait pour le Parti Commu­niste d’Es­pagne.

Monu­ment des Victimes du Terro­risme. Parc du Pala­cio Real de La Magda­lena de Santan­der.

Le livre de Carlos Hernán­dez de Miguel: « Los campos de concen­tra­ción de  Franco. Some­ti­miento, tortu­ras y muerte tras las alam­bra­das ».

Clau­dine Allende Santa Cruz, hija de Lucas Fernando Allende Santa Cruz, natu­ral de Maliaño de Camargo, pueblo cerca de Santan­der y del aero­puerto Seve­riano Balles­te­ros de Parayas.                                                                                  Le 27 novembre 2019.