Home » Actualités » Sortie natio­nale du long-métrage d’ani­ma­tion « Josep », réalisé par Aurel sur la Reti­rada, le 30 septembre 2020

Sortie natio­nale du long-métrage d’ani­ma­tion « Josep », réalisé par Aurel sur la Reti­rada, le 30 septembre 2020

Le film « Josep » est un long-métrage d’ani­ma­tion, réalisé par Aurel (nom de plume ou de crayon du dessi­na­teur de presse Auré­lien Froment) et écrit par le scéna­riste Jean-Louis Milesi. Il est produit par Les Films d’Ici Médi­ter­ra­née. Il sort le 30 septembre 2020 et sera projeté au cinéma Les Studios à Brest à partir de cette date.

Synop­sis : Février 1939. Submergé par le flot de Répu­bli­cains fuyant la dicta­ture de Franco, le gouver­ne­ment français parque ces espa­gnols dans des camps d’in­ter­ne­ment, où les réfu­giés n’au­ront d’autre choix que de construire leurs propres baraque­ments, de se nour­rir des chevaux qui les ont portés hors de leur pays et de mourir par centaines à cause du manque d’hy­giène et d’eau, du froid. Dans un de ces camps, deux hommes, sépa­rés par des barbe­lés, vont se lier d’ami­tié. L’un est gendarme, l’autre est Josep Bartolí (Barce­lone 1910-New York 1995), combat­tant anti­franquiste et dessi­na­teur.

Avec les voix de : Sergi López (Josep), Bruno Solo, Gérard Hernan­dez, Sílvia Pérez Cruz, David Marsais et Sophia Aram.

Le film a reçu le Prix Fonda­tion Gan à la Diffu­sion, au Festi­val Inter­na­tio­nal du Film d’Ani­ma­tion d’An­necy en 2019. Il a obtenu le Label « Cannes 2020  » au dernier Festi­val de Cannes.

La magni­fique bande annonce de ce film « dessiné » JOSEP BARTOLÍ.

Une expo­si­tion itiné­rante et évolu­tive sur le film présente le travail en cours de fabri­ca­tion du long-métrage. Elle a été notam­ment montrée lors du Festi­val Traver­sées à Lunel (Hérault) du 21 mars au 10 avril 2019.

La bande dessi­née « Josep » va sortir égale­ment le 30 septembre 2020, réali­sée d’après le film.

Une grande tour­née d’avant-premières du film a lieu dans 23 villes françaises du 29 août au 29 septembre 2020, Mont­pel­lier, Perpi­gnan, Arge­lès-sur-Mer, Lyon, Valence, Paris, Lille, Marseille, Nîmes, etc… et demain 16 septembre à 20h30, à la Cité Inter­na­tio­nale de la bande dessi­née et de l’image d’An­gou­lême.

Sur le site Face­book dédié au film, on peut lire ces commen­taires d’Eléo­nore Béchaux, théra­peute spécia­li­sée en psycho­gé­néa­lo­gie : « le réali­sa­teur est parvenu à faire une histoire dans l’his­toire, tissant ses dessins en mouve­ment (et non animés) avec ceux de Josep Bartolí, dosant avec justesse le travail de mémoire, l’émo­tion et la vie roma­nesque de l’au­teur … un film superbe, indis­pen­sable, d’uti­lité publique. »

Il nous tarde de voir ce film…

Marie Le Bihan, mardi 15 septembre 2020.

Liens :

1) « La Reti­rada. Exode et exil des Répu­bli­cains d’Es­pagne », Josep Bartoli, Laurence Garcia (Auteur), Georges Bartoli (Photo­graphe), Actes Sud BD 4/2/2009.

C’est un roman graphique d’une force incroyable dans lequel Bartolí raconte le drame de la Reti­rada par ses dessins.

2) « Bartolí, le dessin pour mémoire », film docu­men­taire de Vincent Marie, 2019, France 3 Occi­ta­nie, produc­tion Les films d’Ici Médi­ter­ra­née

À l’oc­ca­sion des 80 ans de La Reti­rada, dans une lettre adres­sée à Bartolí, le cinéaste Vincent Marie inter­roge la mémoire des images et convoque les témoi­gnages des membres de la famille de l’ar­tiste cata­lan, des histo­riens Gene­viève Drey­fus-Armand, Antoine De Baecque et des auteurs Aurel et Anto­nio Altar­riba ; il livre ici un récit de la Guerre d’Es­pagne à travers l’ana­lyse des œuvres de Josep Bartolí.

http://www.machado-collioure.fr/bartoli/

https://fran­ce3-regions.fran­cet­vinfo.fr/occi­ta­nie/emis­sions/doc-24-midi-pyre­nees-et-langue­doc-rous­sillon/bartoli-dessin-memoire-retour-traces-reti­rada-1660361.html

3) VOSCOPE. Le supplé­ment cinéma de VOCABLE  sur le film de AUREL « JOSEP » qui sort dans les salles le 30 septembre 2020: 4 pages sur le contexte histo­rique du film et une inter­view de son réali­sa­teur. 

VOSCOPE Film de AUREL : JOSEP

Page 1/4

VOSCOPE Film de AUREL : JOSEP

Page 2/4

VOSCOPE Film de AUREL : JOSEP

Page 3/4

VOSCOPE Film de AUREL : JOSEP

Page 4/4

Coup de cœur de VOCABLE

 

   Avec l’au­to­ri­sa­tion de Marie, je rajoute quelques lignes sur la biogra­phie de José Bartolí Guiu (en cata­lan: Josep Bartolí i Guiu), artiste, peintre et dessi­na­teur, et deux cartes d’iden­tité prove­nant du C.D.M.H. (Centro Docu­men­tal de la Memo­ria Histó­rica) de Sala­manca – Movi­mien­tos Migra­to­rios Iberoa­me­ri­ca­nos. 

Josep naît à Barce­lona en 1910.

Durant la guerre d’Es­pagne 1936/1939, répu­bli­cain convaincu, il combat dans les rangs des soldats de la Répu­blique légale espa­gnole. Mais les troupes franquistes conti­nuent leur sanglante progres­sion sur tout le pays et le 26 janvier 1939, Barce­lona tombe entre leurs mains. Josep passe la fron­tière française à pied le 14 février 1939 comme nombreux de ses combat­tants de lutte, c’est La Reti­rada

Pour Josep, l’exil commence. Tout d’abord, il est interné dans divers camps de « concen­tra­tion » du sud de la France (Lama­nère, Arge­lès-sur-Mer, Rive­saltes, Le Barca­rès, Saint-Cyprien et Bram …). Il réus­sit, parfois, à s’éva­der de ces sinistres endroits. Mais en juin 1940, dans cette France en guerre et après l’in­va­sion alle­mande, Josep se cache dans divers lieux de l’hexa­gone. Il est arrêté par la Gestapo du côté de Lyon et doit être envoyé au camp de concen­tra­tion nazi de Dachau, mais il saute du train et s’échappe.

Puis son périple conti­nue et il embarque à Marseille sur le LYAUTEY à desti­na­tion de l’Afrique du Nord. Arrivé à Casa­blanca au Maroc, Josep fait partie des passa­gers du bateau à vapeur portu­gais NYASSA qui se dirige vers Vera Cruz au Mexique où il débarque en octobre 1942. Il réside dans la capi­tale México comme l’in­dique ses 2 cartes d’iden­tité déli­vrées par ce pays d’ac­cueil mexi­cain.

Bartolí Guiu José: Carte d’iden­tité de réfu­gié poli­tique établie en 1942 au Mexique. (C.D.M.H. Sala­manca- Movi­mien­tos Migra­to­rios Iberoa­me­ri­ca­nos)

Bartolí Guiu José: Carte d’iden­tité établie en 1943 au Mexique.(C.D.M.H. Sala­manca-Movi­mien­tos Migra­to­rios Iberoa­me­ri­ca­nos)

Dans ce pays ami de la Répu­blique espa­gnole, Josep rencontre de nombreux artistes enga­gés et en parti­cu­lier Narcis Molins i Fábrega qui  écrit les textes du livre publié en 1944 « Campos de concen­tra­ción, 1939–194... », Josep, quant à lui, y apporte ses dessins. 

Après quelques années passées au Mexique, Josep s’éta­blit à New-York où il conti­nue de dessi­ner pour diverses publi­ca­tions et obtient une réelle recon­nais­sance de son talent de « dibujante ».

Josep revient en Espagne en 1977, deux ans après la mort de Franco. 

Josep Bartolí i Guiu décède le 3 décembre 1995 à New-York. Ses cendres ont été disper­sées dans le port de Barce­lona.

Agra­de­ci­mien­tos a Marie por haberme permi­tido añadir esas líneas y las dos tarje­tas de iden­ti­fi­ca­ción tratando del recor­rido de Josep Bartolí i Guiu.

    Fabien Garrido, ami de MERE 29 et fils de Ramón Garrido Vidal, déporté à Dachau, nous a trans­mis le lien ci-dessous concer­nant les 270 œuvres de Josep Bartolí léguées par sa famille au Mémo­rial de Rive­saltes dans lequel Josep a peut-être été interné:

 

http://66.pcf.fr/116008

Clau­dine Allende Santa Cruz.

Le 27 septembre 2020