Home » Archives » Le Tour de France 2018 est passé le 17 juillet au sommet du plateau des Glières (Haute-Savoie), dans ce haut lieu de la Résistance de la Seconde Guerre mondiale où de nombreux combattants républicains espagnols ont joué un rôle important face à l’occupant allemand et au gouvernement collaborationniste de Vichy en 1944.

Le Tour de France 2018 est passé le 17 juillet au sommet du plateau des Glières (Haute-Savoie), dans ce haut lieu de la Résistance de la Seconde Guerre mondiale où de nombreux combattants républicains espagnols ont joué un rôle important face à l’occupant allemand et au gouvernement collaborationniste de Vichy en 1944.

El monumento a la resistencia, entre los que estaban los repúblicanos españoles, en la cima del Plateau des Glières, en los Alpes.

El monumento a la resistencia, entre los que estaban los repúblicanos españoles, en la cima del Plateau des Glières, en los Alpes (Le monument de la Résistance au sommet du plateau des Glières  dans les Alpes ; parmi ces résistants  se trouvaient des Républicains espagnols). Photo PERIÓDICO

Claudio devant le Monument national de la Résistance en juillet 2017 (Photo C.Rodríguez Fer)

Ce fut la première étape de montagne. Elle a conduit les coureurs de « La Ronda francesa » d’Annecy vers Le Grand-Bornand, avec l’ascension inédite du plateau des Glières. Cette montée de 6 kms comporte 2000 mètres de chemin forestier non bitumé, avec des pourcentages pouvant atteindre les 11%. Au sommet de ce plateau, les coureurs ont certainement aperçu un monument érigé en 1973, œuvre d’Émile Gilioli ; il a été inauguré par André Malraux en septembre de la même année. Ce monument a la forme d’un V ayant l’aile droite cassée et rend hommage à tous les combattants qui ont défendu les valeurs de LIBERTÉ, ÉGALITÉ et FRATERNITÉ pendant la Deuxième Guerre mondiale, dans ce coin des Alpes.

C’est en effet, en janvier 1944, que le lieutenant TOM MOREL (1915-1944), chef de tous les maquis de Haute-Savoie a pour mission de monter au plateau des Glières pour réceptionner les armes parachutées par les Alliés depuis Londres. En février 1944, Tom Morel va réunir 120 maquisards dont 56 républicains espagnols des sections EBRO et RENFORT EBRO. Tom et son groupe vont emprunter ce même chemin caillouteux et pentu que les cyclistes du Tour 2018 ont connu mardi. Arrivés au sommet du plateau, Tom et ses hommes vont attendre l’arrivée providentielle de ces armes nécessaires pour combattre l’occupant nazi. Mais les combats très durs vont continuer face à l’armée allemande qui veut empêcher ces réceptions d’armes. Le bilan de ces affrontements va être très lourd. Tom Morel, dont la devise est «VIVRE LIBRE OU MOURIR », est assassiné le 10 mars 1944, 120 maquisards vont perdre la vie, fusillés ou Morts en Déportation. Parmi ces victimes 9 combattants républicains espagnols « Morts pour la France » qui reposent à la Nécropole Nationale de Morette-Glières. 

                                                               Claudio à la Nécropole Nationale de Morette-Glières en juillet 2017 (photo C. Rodríguez Fer)

De toute évidence, au plateau des Glières ce mardi 17 juillet 2018, les héros ont été les coureurs du Tour de France 2018. Mais dans ce lieu emblématique de la Résistance, n’oublions jamais ces combattants qui sont aussi des héros et qui ont contribué à ce nous vivions libres comme ces 9 combattants républicains espagnols de la Guerre d’Espagne 1936-1939 qui reposent au cimetière de Morette-Glière, près de leur chef vénéré Tom Morel.

José Ángel Valente, poète galicien de OURENSE et  ami de Claudio Rodríguez Fer (Président d’honneur de Mere 29) leur a rendu hommage dans son poème « Cementerio de Morette-Glières, 1944 », écrit en 1960.

Fragmento (Extrait) :

« No reivindicaron

más priviliegio que el de morir

para que el aire fuese

más libre en las alturas

y los hombres más libres ».

La traduction en français est de Jacques Ancet :

« Ils n’ont pas revendiqué

d’autre privilège que celui de mourir

pour que l’air soit

plus libre dans les hauteurs

et les hommes plus libres ». 

 

La presse quotidienne locale a parlé du plateau des Glières, ce lieu chargé d’Histoire et évidemment du passage du Tour de France pour la première fois dans cette région de Haute-Savoie :

– Ouest-France du 17 juillet 2018 : Tour de France 2018. La « Grande Boucle » rend hommage aux résistants des Glières.

https://www.ouest-france.fr/tour-de-france/tour-de-france-2018-la-grande-boucle-rend-hommage- rend hommage aux aux-resistants-des-glieres-5883763

 

 

 

Pour plus d’informations, lire l’article du site de Mere 29 de juillet 2017 avec une autre devise :

« Más vale morir de pie que vivir de rodillas » ou « Il vaut mieux mourir debout que vivre à genoux »

Claudio Rodríguez Fer, Président d’honneur de Mere 29 en Haute-Savoie au Plateau des Glières en juillet 2017

 

 

De nombreux livres ont relaté cette Résistance au plateau des Glières et dernièrement une bande dessinée vient d’être publiée en avril 2018 sur l’acteur principal de maquis des Glières Théodose Morel, plus connu sous le nom de Tom Morel, Compagnon de la Libération à titre posthume, qui, quand il parlait des combattants républicains espagnols qui l’accompagnaient, ne les appelait pas les Espagnols mais « MES ESPAGNOLS ».

 

Résultat de recherche d'images pour "Tom Morel: Vivre libre ou mourir"

 

Claudine Allende Santa Cruz                                                   le 19 juillet 2018