Home » Lire écouter voir » La Boîte à Bulles édite en français le roman graphique du Doctor Uriel, écrit par SENTO, le gendre de Pablo Uriel Díez

La Boîte à Bulles édite en français le roman graphique du Doctor Uriel, écrit par SENTO, le gendre de Pablo Uriel Díez

Docteur Uriel

La publication de ce livre est prévue le 6 juin 2018.

Sujet de ce recueil :

« Fraîchement diplômé de médecine, Pablo Uriel effectue son premier remplacement dans un petit village du nord de l’Espagne. Alors qu’il découvre les joies de son métier et d’une vie paisible à la campagne, un soulèvement nationaliste éclate. En juillet 1936, la bourgade de La Rioja, dans laquelle exerce Pablo, est assaillie par une unité franquiste. Le jeune homme est immédiatement fait prisonnier. Contraint de soigner les phalangistes durant le siège de Belchite, Pablo sera par la suite emprisonné par les républicains. Successivement condamné par les deux camps, le docteur Uriel devra, au milieu du champ de bataille, faire face à ses premiers cas de conscience et au-delà de ses convictions politiques, préserver son humanité. Un brillant témoignage sur les désastres et les injustices de la guerre civile espagnole raconté par le gendre du docteur Uriel. »

Marie Le Bihan de Mere 29 a conté, sur le site de l’association, le parcours complet du « Doctor Uriel » (UN MÉDICO NOVATO-ATRAPADO EN BELCHITE-VENCEDOR Y VENCIDO) durant toute la Guerre d’Espagne 1936-1939.

Lien direct du site de Mere 29 :  http://www.mere29.com/2017/03/08/la-trilogia-del-doctor-uriel-roman-graphique-inspire-des-memoires-du-docteur-pablo-uriel-diaz/

 

Informations complémentaires sur la famille du Doctor Pablo Uriel Díez non incluses dans cet ouvrage.

Après cette terrible guerre le Doctor Uriel a exercé comme radiologue dans la ville galicienne de A Coruña pendant 40 ans. Il a retrouvé Cecilia, son amie infirmière de A Coruña et se sont mariés en 1944.

Cecilia et sa maman Purificación (familièrement appelée « Pura ») ont, elles aussi, souffert de cette guerre et ont connu la « Retirada ». En effet, elles ont intégré le 30 janvier 1939, depuis les Pyrénées-Orientales, un convoi qui les a menées dans le Finistère. Le train s’est arrêté à Châteaulin le 1 février 1939. Puis Cecilia et « Pura » ont été conduites en car jusqu’au Pavillon de Sourdis de Quélern en Roscanvel (Colonie de vacances des enfants de la ville de Landerneau).

Toutes les deux vont retourner le 16 avril 1939 par train en Espagne via Hendaye-Irún. Elles vont retrouver leur ville de A Coruña après ce séjour en terre finistérienne.

 

Claudine Allende Santa Cruz                                                                                                      29 mai 2018