Home » Archives » Las 2 Marías de Compos­tela

Las 2 Marías de Compos­tela

«  LAS DOS MARÍAS  » ou « LAS DOS EN PUNTO » DE SANTIAGO DE COMPOSTELA

.2 marias

Article écrit en français par MARÍA LOPO et publié dans les Cahiers du CTDEE de Toulouse.

Lors d’un voyage orga­nisé par le Comité de Jume­lage Trégas­tel ( 22 ) – Foz ( Province Lugo-Galice )

en juin 2015, deux adhé­rentes de MERE 29, Clau­dine Allende Santa Cruz et Marie-Claire Gad ont

rencon­tré à Santiago de Compos­tela María Lopo, profes­seure de français dans cette ville et auteure de

nombreux ouvrages. (https://fr.wiki­pe­dia.org/wiki/Mar%C3%ADa_Lopo)

María écrit en gali­cien, français et espa­gnol. Elle est Docteure en litté­ra­ture française de l’Uni­ver­sité

de Rennes 2.

Notre gali­cienne, qui connaît bien la Bretagne, a écrit en langue française un livre inti­tulé « Guille­vic et

sa Bretagne  » et a traduit en gali­cien des poèmes d’Anjela Duval, la poétesse paysanne de Le Vieux-

Marché ( 22 )……

María, origi­naire de la province de Ponte­ve­dra en Galice, n’a pas oublié sa superbe région et a fait

publier trois livres en français, magni­fique­ment illus­trés par de très belles photos : « Fisterra  » ( 1999 ),

«  La Galice  »( 2002 ) et « Galice et Compos­telle, l’autre Finis­tère  » ( 2009 ).

Au mois de juillet 2015, un nouvel écrit de María sur « LAS DOS MARÍAS » de SANTIAGO DE

COMPOSTELA a été publié dans les Cahiers du CTDEE de Toulouse.

Le lien:

http://cultu­ra­ga­lega.gal/album/docs/CCG_ig_album_Maria_Lopo_fandinho_2015.pdf

María a gentiment accepté de rédi­ger quelques lignes afin de présen­ter son article inti­tulé «  Les couleurs

de la dignité : María et Cora­lia Fandiño Ricart  ».

Nous l’en remer­cions vive­ment.

” En juin 2015, j’ai rencon­tré deux adhé­rentes de Mere 29 sur la ” Plaza del Obra­doiro ”

à Santiago de Compos­tela : Marie-Claire Gad et Clau­dine Allende Santa Cruz, votre

tréso­rière.

Je leur ai fait décou­vrir les endroits de la ville, moins fréquen­tés par les touristes :

  • – La chapelle de la Corti­cela, partie la plus ancienne de la cathé­drale de Compos­tela,

dont l’en­trée se fait par la ” Plaza de la Azaba­chería ”

–   L’église de Santa María Salomé, rue Nova et la statue de la vierge enceinte

–   Le parc de ” La Alameda ” où nous avons salué :

*  Le grand écri­vain gali­cien Ramón María Del Valle Inclán, assis sur son banc et admi­rant

les tours de la cathé­drale

           * La grande poétesse gali­cienne Rosalía De Castro qui écri­vait ses textes en espa­gnol et

              en gali­cien

  •   * et la statue de ” Las Dos Marías “, les soeurs Maruxa et Cora­lia Fandiño Ricart.

J’ai écrit, à leur sujet, un article paru en juillet 2015 dans ” Les cahiers du CTDEE ” de

Toulouse, inti­tulé ” Les couleurs de la dignité : María et Cora­lia Fandiño Ricart “; ces deux femmes de COMPOSTELA qui ont lutté contre l’op­pres­sion franquiste.

– Nous avons terminé notre visite par le palais de Bendaña, ” Plaza del Toural ” où se

trouvent la Fonda­tion et le Musée Euge­nio Granell, grand écri­vain, peintre et poète

gali­cien obligé de s’exi­ler en France en 1939 lors de la Reti­rada et ensuite en Amérique

latine et à New York.”

María Lopo, co-traduc­trice en français avec Michèle Lefort du poème écrit en gali­cien et en castillan par Clau­dio Rodrí­guez Fer ( Président d’Hon­neur de Mere 29 ), pour votre asso­cia­tion, inti­tulé ” Arse­nal de la barba­rie “.

Clau­dine Allende Santa Cruz